UFC-QUE CHOISIR 56

Nos succès

Quelques réussites de ces  derniers mois 

** Démarché par téléphone par PRAECONIS, cet adhérent n’avait pas l’impression d’avoir accepté le contrat de mutuelle santé proposé par cet organisme. Il a donc été fort surpris d’apprendre qu’il avait donné son accord par signature électronique. La vérification de l’authenticité de la signature par nos soins a permis de démontrer des faux, ce qui a permis d’annuler le contrat.

 

** Le constructeur avait confié la réalisation de la terrasse à un maçon. Ayant constaté des fuites importantes, le client a voulu faire jouer l’assurance de l’artisan, mais celui-ci n’était pas assuré pour l’étanchéité et son assureur n’a remboursé que les dégâts causés par les infiltrations sans réparer la terrasse. Sur intervention de l’UFC c’est finalement le constructeur qui a pris en charge les frais (3600€) pour refaire l’étanchéité.

 

** Après le ravalement de la façade de la maison d’un adhérent, la peinture partait en lambeaux. L’UFC Que Choisir a pris contact avec l’artisan ayant effectué les travaux. Le défaut provenant de la peinture, c’est finalement son assureur qui a dédommagé le consommateur.

 

** Après l’annulation d’un vol pour cause de grève, Air France et l’agence de voyage se renvoyaient la responsabilité du remboursement. Nous avons rappelé au voyagiste que le vol ayant été vendu avec le voyage, il était responsable de son bon déroulement et l’avons convaincu de rembourser notre adhérent.

 

** Le contrat de vente de panneaux photovoltaïques d’Isoleo comportait trop d’irrégularités. Il a été annulé suite à notre intervention pour ce consommateur qui a ainsi économisé 32000 €.

 

**  Un canapé à 6200 € dégageait une odeur nauséabonde. Dirigé par nos soins vers le conciliateur de justice, l’adhérent a obtenu le remboursement du produit.

 

**  Un camping-car avait été vendu avec un millésime erroné, ce que contestait l’avocat du garage vendeur. Avec l’aide de la DDPP (répression des fraudes), l’UFC a obtenu que la différence de prix (4500 €) soit remboursée.

 

**  Accroché à la Foire de Vannes par un vendeur de Technitoit, un adhérent finit par signer un contrat de travaux pour un montant de 6000 €. L’examen de la commande par nos soins permet de mettre en évidence de nombreuses irrégularités et de faire annuler la vente.

 

**  Vannes Golfe Habitat, organisme de HLM, avait subitement décidé de ne plus appliquer de coefficient de vétusté aux frais dus par les locataires quittant leur appartement. Notre intervention en faveur de plusieurs de ces locataires leur a permis de voir leur facture fortement diminuée.

 

**  L’assureur Gras Savoye refusait de rembourser une partie des frais consécutifs à un accident d’un de leurs assurés. Ayant déposé un recours devant le tribunal avec notre aide, ce lorientais a vu sa demande de remboursement exaucée 8 jours avant l’audience.

 

**  Victoire totale sur ce dossier de panneaux photovoltaïques où, après notre démonstration des anomalies du contrat, l’adhérent obtient le démontage des panneaux déjà posés, la remise en état du toit, l’annulation du contrat et le remboursement des mensualités déjà engagées.

 

**Suite à un démarchage à domicile annonçant un bilan énergétique, non réalisé, nous avons pu faire annuler une commande de 35 000 € pour pratiques commerciales trompeuses.

 

**Démarchage à domicile encore !

Pour une vente de fenêtres sans métré préalable et bon de rétractation non-conforme, annulation d’une commande de 25 000 €.

 

**A la suite d’un démarchage à domicile, annulation d’un bon de commande de 21 000€ pour absence de conditions générales de vente et de bon de rétractation sur le bon de commande.

 

** Un adhérent assisté au Tribunal d’Instance par l’UFC QUE CHOISIR a obtenu une condamnation de son Maître d’œuvre à lui verser 7 000 € pour ne pas avoir vérifié que l’entreprise qu’il avait choisie ne bénéficiait pas d’une assurance en garantie décennale.

 

** A l’issue d’un démarchage à domicile, annulation d’un contrat de 20 000€ pour avoir fait signer un bon de commande où ne figurait pas de bordereau de rétractation.